P4D slogan - french

Message d’une maman blanche aux autres parents blancs

Le racisme n’est pas nouveau. Or, l’ampleur des manifestations de la dernière semaine contre le racisme anti-Noir et la brutalité policière aux États-Unis, au Canada et ailleurs est du jamais vu depuis le mouvement des droits civiques des années 1950-1960. Aussi, des vidéos qui deviennent virales rendent le racisme de plus en plus visible partout dans le monde.

Pour les communautés noires, rien de ceci n’est nouveau. Pourtant, beaucoup de gens, y compris peut-être vous ou certains de vos proches, peuvent être interpelés pour la première fois, et ils se demandent quoi faire. Certains d’entre vous pensent peut-être aussi que nous n’avons pas les mêmes problèmes au Québec ou au Canada, mais c’est faux. Il est temps pour nous d’entreprendre le travail de désapprendre ce que nous avons appris sur la race/ la racialisation et d’offrir des manières différentes d’aborder ces sujets avec nos enfants.

Je suis une mère blanche de deux enfants biraciaux à l’école primaire. Plusieurs amis blancs et non noirs m’ont demandé des ressources et ce qu’ils pouvaient faire pour éduquer leurs enfants au sujet du racisme anti-Noir. Repérer des ressources en français a été un réel défi, et trouver des ressources écrites par des francophones noirs est encore plus difficile. J’ai essayé de faire référence aux ressources développées par des personnes noires dans la mesure du possible et je m’engage à continuer à chercher de telles ressources pour mon propre apprentissage ainsi que pour les partager. Cette liste de suggestions et de ressources n’est pas exhaustive, il s’agit d’un début. Je crois sincèrement que si tous les parents blancs suivaient ces conseils, cela ferait une différence dans la vie des enfants et les interactions entre eux. J’accueille vos commentaires et suggestions.

Je me concentre ici sur le racisme anti-Noir, mais bon nombre de ces suggestions s’appliquent à ce que vous pouvez faire pour vous préparer à des discussions avec vos enfants à propos des défis des communautés LGBTQI2S +, autochtones et d’autres groupes qui sont confrontés à l’oppression systémique. De plus, bien que je fasse souvent référence à ce que les parents blancs peuvent faire, bon nombre de ces suggestions s’appliquent également aux personnes racialisées qui ne sont pas noires, car elles peuvent vivre le racisme différemment des Noirs au Canada. Je vous suggère de consacrer une heure ou deux par semaine à une ou plusieurs de ces actions si vous souhaitez avoir un impact significatif.

  1. Commencez par votre propre apprentissage

Questionnez-vous sur ce que vous avez appris sur les communautés noires à l’école, à la télé et dans les médias et développez vos connaissances sur l’histoire africaine et canadienne et les expériences actuelles des Noirs.

Quelques ressources:

Expériences des personnes noires :

Histoire du Canada et de l’Afrique

Apprenez comment le racisme fonctionne dans notre société. Il ne s’agit pas seulement de violences ou d’insultes ouvertement racistes. Regardez autour de vous : y a-t-il des enseignants noirs à l’école de votre enfant? Votre enfant a-t-il des relations étroites avec les Noirs? En avez-vous? Beaucoup d’entre nous fonctionnent sur la base de stéréotypes racistes sans même nous en rendre compte. Il est difficile de faire autrement quand notre système éducatif laisse souvent de côté les contributions des Noirs et les médias et les films ont tendance à renforcer les images négatives.

Quelques ressources:

En approfondissant votre compréhension du racisme au Canada, vous vous sentirez parfois mal à l’aise. Vous pourriez ressentir de la culpabilité, de la colère, de la tristesse et de la honte. Vous pourriez être critiqué par les personnes noires, même lorsque vous faites de gros efforts et vous pouvez penser que c’est injuste. Prenez le temps de vivre ces sentiments et réfléchissez profondément aux raisons derrière ceux-ci. Parlez-en avec des amis qui sont sur ce même chemin d’apprentissage. Ne laissez surtout pas l’inconfort vous paralyser. Cela fait partie du cheminement nécessaire et signifie que vous faites un vrai travail pour faire évoluer votre perspective et transformer votre approche parentale.

Ne vous attendez pas à ce que les personnes noires vous guident. Il existe de nombreuses ressources et livres en ligne. Vous pouvez également créer un groupe d’étude ou un club de lecture pour apprendre avec d’autres.

  1. Soyez un modèle pour vos enfants

Peu importe le nombre de fois que vous dites à vos enfants de ne pas être ou agir de manière raciste, ils ont besoin de vous voir en action. Exprimez-vous lorsque des proches disent quelque chose de raciste. Assurez-vous que votre lieu de travail embauche des employés noirs. Restez à proximité pour être témoin si une personne noire est arrêtée. Informez-vous et achetez d’entreprises locales dirigées par des personnes noires. Faites du bénévolat et faites un don à des organisations soutenant les communautés noires.

Quelques ressources :

Assurez-vous que vos efforts soutiennent le travail des communautés noires et ce qu’elles ont demandé aux alliés blancs.

  1. Exposez vos enfants à la multiplicité des identités noires à travers des événements, des livres, des spectacles, des artistes, les médias sociaux et votre cercle social

Les enfants sont conscients des différences raciales et apprennent les messages sociétaux subtils de racisme bien plus tôt qu’on le pense. Bien que vous ne puissiez pas parler à un nourrisson ou à un enfant en bas âge de racisme, vous pouvez faire des choix conscients de livres, de spectacles, etc.

Resource :

  • They’re not too young to talk about race!

Lisez des livres non seulement sur les personnes noires, mais aussi écrits par elles, et trouvez des livres qui s’adressent au contexte québécois / canadien. Assurez-vous qu’il ne s’agit pas seulement d’histoires de difficultés, de lutte et de persévérance. Un livre sur un enfant noir avec une intrigue sur le thème de l’amitié, par exemple, est également très bien.

Quelques ressources:

Essayez aussi de mettre vos enfants dans des situations, autant que possible, avec des figures d’autorité noires, pour leur fournir des modèles qui contrent les stéréotypes sur les Noirs.

  1. Parlez du racisme avec vos enfants

La première fois qu’un autre enfant a fait une remarque raciale à mon enfant, elle était en maternelle. L’autre enfant, qui était blanc, avait environ 5 ans. Vous pouvez commencer à avoir des conversations sur le racisme à cet âge et approfondir le sujet à mesure qu’ils vieillissent et sont capables de comprendre des informations plus complexes.

Quelques ressources :

Lorsque vous discutez du racisme, faites attention à ne pas créer chez votre enfant des sentiments de culpabilité et d’impuissance. Assurez-vous que, tout en parlant des problèmes, vous parliez également des nombreuses initiatives et mouvements pour l’égalité à travers le monde dirigés par les Noirs. Assurez-vous également de parler des Blancs qui ont joué des rôles de soutien, pour leur donner des modèles.

Apprenez à votre enfant à lutter activement contre le racisme en interrompant le racisme. Faites des jeux de rôle à la maison mettant en scène des situations qu’ils peuvent rencontrer à l’école et ailleurs. Pour les enfants plus âgés, s’ils entendent une blague raciste par exemple, il peut être efficace de demander « pourquoi est-ce que c’est drôle ? ». Cela rend souvent le conteur de la blague conscient que celle-ci est problématique. Parlez des médias sociaux, de l’impact de vidéos démontrant la violence faite aux personnes noires et des commentaires racistes en ligne et de comment réagir face à cela.

Vous ne réussirez pas toujours à dire ce qu’il faut, surtout lorsque quelque chose se produit de façon inattendue. Faites un suivi avec votre enfant après avoir pris le temps de réfléchir ou de faire des recherches si vous n’êtes pas satisfait de la façon dont vous avez abordé une situation.

  1. Poussez pour des changements à la garderie ou à l’école de votre enfant

Travaillez avec des parents noirs auprès de l’école et du système d’éducation pour faire adopter des changements au curriculum qui reflètent les expériences et contributions des Noirs. Demandez l’achat de livres avec des personnages noirs et écrits par des auteurs noirs (encore une fois, pas seulement sur les difficultés vécues par les communautés noires).

· Ils veulent un programme de l’histoire des Noirs obligatoire dans les écoles

Encouragez l’embauche, la rétention et la promotion du personnel noir. Le fait d’avoir un seul enseignant noir a un impact significatif sur la réussite scolaire des Noirs. Il est également essentiel pour les étudiants blancs d’avoir des professeurs noirs. Pour de nombreux étudiants blancs, cela peut être l’une des rares figures d’autorité de leur vie qui soit une personne noire et cela peut avoir un impact formateur sur leur perception des Noirs.

Demandez au système d’éducation de recueillir des données concernant les suspensions et autres formes de discipline, et les inscriptions dans les cours pré-universitaires. De nombreuses études ont démontré que les étudiants noirs sont disciplinés de manière disproportionnée et encouragés à ne pas choisir les cheminements plus académiques. Si les données de votre commission scolaire reflètent de telles tendances, demandez des mesures pour remédier aux disparités. Articles :

La route ne sera pas toujours facile. Des gens autour de vous ne comprendront pas votre démarche et vous devrez avoir des conversations difficiles avec vos proches, les membres de votre communauté et le personnel de l’école. Votre enfant peut ne pas comprendre l’importance de ce que vous faites. Trouvez d’autres personnes pour vous accompagner dans ce voyage afin d’avoir du soutien. N’abandonnez pas et n’empruntez pas la voie facile. Nous élevons la prochaine génération et si nous n’éduquons pas les enfants blancs différemment, nous répéterons le cycle et perpétuerons le racisme, même si nous n’en avons pas l’intention.

Aucun parent ne veut être celui à qui l’enfant demandera à l’âge adulte: «Pourquoi ne m’as-tu pas dit que cela se passait dans mon pays? Pourquoi ne m’as-tu pas donné les outils pour faire mieux? ». Faisons mieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page